egalibre, blog de Nathalie Szuchendler

12 octobre 2008

RV sur http://nathszuchendler.wordpress.com

parce que les blogs se suivent et se poursuivent !

At soon, my friends.

Nath. Szuchendler

Posté par Nath Szuchendler à 00:01 - - Permalien [#]


25 septembre 2008

Ripostes => Le pape et le président

Ripostes : Le pape et le président
Vidéo envoyée par prochoix

Ripostes du 14/09/08 : Au programme, les interventions de Jean-Christophe Lagarde, Jean-Claude Guillebaud, Marc Blondel, Caroline Fourest et Christian Vanneste.

Posté par Nath Szuchendler à 08:38 - - Permalien [#]

Ripostes => Fourest - Lagarde

Ripostes - Fourest vs Lagarde
Vidéo envoyée par prochoix

Au programme, les interventions de Jean-Christophe Lagarde, Jean-Claude Guillebaud, Marc Blondel, Caroline Fourest et Christian Vanneste.

Posté par Nath Szuchendler à 08:37 - - Permalien [#]

Ripostes => Le duel Fourest - Vanneste

Le duel Fourest vs. Vanneste
Vidéo envoyée par prochoix

Ripostes du 14/09/08

Posté par Nath Szuchendler à 08:28 - - Permalien [#]

24 septembre 2008

Antisemitism and racism, contribution de J.Y Camus au rapport annuel Antisemitism Worldwide

FRANCE 2007

The number of antisemitic incidents reported in France in 2007 declined by 30 percent to 261. There was a corresponding fall in figures for violent acts, from 213 in 2006 to 146 in 2007. There appeared to be no direct link between Middle East events and antisemitic activity. An extremely antisemitic website, www.toutsaufsarkozy.com, run mostly by activists from the national revolutionary extreme right, but also involving leftists and Arab nationalists, was operating during the French presidential election period. The poor showing of the Front National in the national elections triggered a crisis within the extreme right. Several antisemites and racists were convicted and sentenced in 2007.

THE JEWISH COMMUNITY

The French Jewish community, which numbered about 575,000 out of a total population of 63 million in 2005, is the largest in Europe. The greatest concentration is in the Paris area (300-350,000), followed by Marseille (80,000), Lyon (30,000), Nice and Toulouse (20,000 each). Strasbourg, where 12,000 Jews live, is a major religious and cultural center. In comparison, the foreign population (holding foreign nationality) amounts to about 4.3 million, while French citizens of foreign origin (born in France, but having at least one parent who was not) number 19.7 million (official census figures). The Muslim population was estimated at 4 million, including 2 million holding French citizenship. (French legislation forbids census questions relating to religious affiliation.)

The three main organizations of French Jewry are the Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF), the Consistoire Central and the Fonds Social Juif Unifié (FSJU). The Jewish Community Protection Service (SPCJ) operates under the auspices of all three organizations.

There has been a dramatic revitalization of communal life since the early 1980s, reflected in the large number of Jewish private schools (about 100, attended by 30 percent of Jewish schoolchildren, or some 30,000 pupils), as well as synagogues (over 150 in the Paris area). Since the beginning of the antisemitic wave which began in autumn 2000, many families have transferred their children from state-run secular schools to Jewish (mainly Orthodox) schools, or to other private schools, either Catholic or non-denominational. The immigration of French Jews to Israel has returned to the 2004 level: 2,659 in 2007 compared to 2,865 in 2006.

POLITICAL PARTIES AND EXTRA-PARLIAMENTARY GROUPS

There were presidential elections in April/May 2007, followed by general, legislative elections in June. Nicolas Sarkozy, the candidate of the right, defeated the Socialist candidate, Ségolène Royal, by a wide margin (53.06 percent vs.46.94 percent). In the legislative elections, the Union pour un Mouvement Populaire (UMP), Sarkozy’s party, returned an overall majority of the seats. During the campaign, the extreme right, and especially the national revolutionary extreme right such as Tout sauf Sarkozy (see below), repeatedly attacked Sarkozy because of his foreign and Jewish origins (his father is a Hungarian-born Catholic, while his mother is the daughter of a Jew from Salonika who converted to Catholicism). They also stressed the Jewish origins of the president’s then wife Cécilia Ciganer, who is the daughter of a Jew from Moldova and a Spanish Catholic mother. Nicolas Sarkozy has stated repeatedly that he is a Catholic. (For a typical anti-Sarkozy blog condemning his Jewish origins and his support for Israel, see http://fn-populaire-et-social.over-blog.com/article-10803086.html, on the Front National de la Jeunesse in Nice website.)

Extreme Right Parties

The Front National (FN), founded in 1973 and led by Jean-Marie Le Pen (born, 1928), became a marginal force in French politics in 2007. Because of an ageing leader and internal strife, but mainly because of Nicolas Sarkozy’s campaign centering on identity, immigration and law and order, Le Pen suffered an unprecedented setback in the presidential election, polling only 10.44 percent. In the legislative election held the following month, the party obtained only 4.29 percent (no seats), adding to the previous loss of all the cities it had run since 1995. This led to a two-thirds drop in state financing of the party and as a consequence, half of the permanent staff was dismissed in September, the weekly party magazine, Français d’abord, was suspended and the other weekly, National Hebdo became available only online. The party convention held in November 2007, elected Le Pen as chairman for another three-year term (for the first time, he was elected by secret ballot) and the matter of his succession was not settled. However, the main contender for the presidency is his daughter, Marine Le Pen, who has marginalized her long-time rival, the hard-line Bruno Gollnisch. Although Marine Le Pen is often described as a moderate because she seeks to soft the party’s racist and antisemitic rhetoric, the difference between the two is mainly tactical. In January 2007, Gollnisch was given a three-month suspended sentence and a heavy fine, for “questioning the existence of crimes against humanity” during an October 2004 press conference in Lyon. With regard to anti-Zionism and antisemitism, it should be noted that in the European Parliament, Marine chose to sit on the Europe-Israel Committee, although she is allied with the Egalité et Réconciliation faction, led by the antisemitic novelist Alain Soral. However, there is no cooperation between Marine Le Pen and Israeli officials or parties (see http://www.tau.ac.il/Anti-Semitism/asw2006/france.htm).

The FN’s poor showing in the polls triggered a crisis within the extreme right. Since the very existence of the party after Le Pen steps down is in doubt, several elected officials left for the arch-conservative Mouvement Pour la France led by Philippe de Villiers, or chose to sit as independents. Moreover, Identité, Tradition, Souveraineté, the group chaired by Gollnisch in the Euro-Parliament, split in November 2007.

The Mouvement National Républicain (MNR), led by Bruno Mégret, maintains a very low profile because of lack of support and meager financial means. It polled 0.39 percent in the legislative election.

The Far Left, the Greens and the Anti-globalization Movement

There are very few examples of plain, open antisemitism coming from the far left, and people or organizations mentioned in this section cannot be labeled antisemitic. However, they support various forms of anti-Zionist and anti-Israel prejudice which convey a distorted view of the situation in the Middle East to members and voters. Demonization of Israel and its people continues to be one of the reasons for the high level of antisemitism in France, and this is of grave concern to the Jewish community, since the extreme left (especially the LCR, see below) has been gaining strength, as a result of the decline of the Communist Party, and the dissatisfaction of some voters with the shift of the Socialist Party toward social liberalism.

The Green Party and the Communist Party, which participated in the Socialist-led coalition government between 1997 and 2002, are in the opposition at the national level, but are part of regional council majorities in some areas (such as the Ile de France region, in Paris). The Trotskyite far left has never aspired to join any coalition. These political forces are part of the anti-globalization movement.

There are three Trotskyite factions: the Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR; led by Olivier Besancenot), Lutte Ouvrière (led by Arlette Laguiller) and the Parti des Travailleurs (PT; led by Daniel Gluckstein). In the 2007 presidential election, Besancenot polled 4.08 percent and Laguiller 1.33 percent of the vote, while the PT candidate, Gérard Schivardi, won 0.37 percent. Anti-Zionism is historically part of their agenda, and they support the idea of a single democratic, secular state in Israel/Palestine, although some voices within the LCR now openly advocate a two-state solution (in line with the official stand of the Association France-Palestine Solidarité, the major pro-Palestinian lobby). Not all far left factions favor an alliance with political Islam: in fact, as rigorously secular parties, both Lutte Ouvrière and the PT are against it, while the LCR is divided. Pro-Islamists are influenced by the Socialisme par en bas faction − which might be regarded as the French branch of the British Socialist Workers Party − which has integrated into the LCR. The LCR maintains close relations with the leftist Palestinian PFLP (Popular Front for the Liberation of Palestine), and a minority of the party even supports Hamas as the spearhead of the Palestinian people’s struggle for liberation. A serious problem on the extreme left has been the emergence, especially among young militants, of formal or informal groups that openly support Hizballah (whose flag has become a common feature at far left demonstrations) or, to a lesser extent, Hamas. Those groups, such as the Indigènes de la République, the Association Générale des Etudiants de Nanterre (AGEN), the Comité Georges Abdallah, the French branch of the International Solidarity Movement (ISM) and the Mouvement de Soutien à la Résistance du Peuple Palestinien (MSRPP), believe that the Palestinian Authority and the PLO have failed in their mission because they recognize the right of Israel to exist and talk to “the enemy.” This radical pro-Palestinian coalition is secular, not Islamist, and although it has followers among Arab immigrants, it is led mostly by native French, non-Muslim leftists.

The Communist Party, whose candidate Marie-George Buffet, polled only 1.93 percent in the 2007 presidential election, is a long-time friend of the PLO but does not deny the right of Israel to exist. The party is divided between the Orthodox minority, which is outspokenly anti-Zionist and supports the PFLP or the DFLP, and the pro- PLO majority. Several Jewish communal leaders have argued that the anti-Israel exhibitions often displayed in the city halls of Communist-led suburban cities, contribute to the high level of antisemitic incidents there. Mouloud Aounit, secretary general of the anti-racist NGO MRAP (Mouvement national contre le racisme) and a regional councilor elected on a Communist slate, is very anti-Israel and supports dialogue with the followers of Swiss fundamentalist theologian Tariq Ramadan (see below). Aounit lost his bid for the Communist candidacy in the June 2007 general election in the Islamist (and Communist) stronghold of La Courneuve. He ran as an independent and polled only 3 percent against the official Communist candidate.

The Green Party, which is on the decline (its candidate to the presidential election, Dominique Voynet, polled 1,57 percent), is divided on the Israel/Palestine issue, too, although the majority of the leadership and rank and file, while recognizing the State of Israel, equate it with imperialism and occupation. In some places, Green Party leaders cooperate with followers of Tariq Ramadan, as in Roubaix, where prominent Green activists Ali Rahni and Sihem Andalouci are also national leaders of the Collectif des Musulmans de France (see below), which supports Ramadan’s attempt to build a coalition between political Islam and the anti-globalization left. Paris Senator Alima Boumediene-Thiery, a former member of the European Parliament, is particularly active within the ranks of the pro-Palestinian organizations.

The anti-globalization movement is not monolithic and issues relating to antisemitism, the Middle East and political Islam generate much internal dissension. While the weekly Charlie Hebdo, for example, describes itself as anti-globalization, it is at the forefront of the fight against Islamist and left-wing antisemitism, as is the essayist Caroline Fourest, who wrote several books on those topics. The Union des Familles Laïques (UFAL), which promotes a strictly secular (even anti-religious, and particularly anti-Islamist) society, is chaired by Bernard Teper, who publicly supported the Communist Party candidate for president of the republic, Marie-George Buffet, because of its socio-economic platform. ATTAC, the leading anti-globalization organization, originally founded to support the concept of the Tobin tax on financial profits, is divided between a radical left tendency, favoring dialogue with Ramadan’s followers, and a strictly secular, republican left, anti-Islamist current, led by Pierre Cassen. On the other hand, the monthly Le Monde diplomatique, the weekly Politis and the left-leaning Catholic weekly Témoignage Chrétien support Palestinian organizations and Third World liberation movements, because of their anti-colonialist history. Anti-globalization websites, such as the French page of the Indymedia network (http://paris.indymedia.org) and http://bellaciao.org/fr often post anti-Israel articles or comments that border on antisemitism and support for radical Islam. The CAPJPO (Coordination des Appels pour une Paix Juste au Proche-Orient; http://www.europalestine.com), although appearing to be a single-issue movement, is in fact also part of the anti-globalization far left, and the Paris bookshop it opened, Résistances, is a rallying point for the movement.

Anti-Israel feelings are also fueled by local, grass-root groups active throughout the country (such as the Mouvement de Soutien à la Résistance du Peuple Palestinien, MSRPP, which supports both Hamas and Hizballah), and which are often more radical than the official stance of the national umbrella organizations.

A significant development among the pro-Palestinian far left has been the emergence of a strong pro-Hizballah movement, which views both the PLO and the Palestinian Authority as traitors, and which ties its support for Hizballah/Hamas to that for the so-called Iraqi “resistance.” Such groups include the Mouvement de l’Immigration et des Banlieues (MIB) and the Indigènes de la République, which specifically target French citizens of Arab/Muslim descent and promote the notion that the contemporary French state treats immigrants as it did their forefathers in North Africa when France was a colonial power. Both movements link the fight against criminalization of Muslims in France to the Palestinian struggle against Western imperialism.

Réseau Voltaire, led by Thierry Meyssan, disseminates conspiracy theories intended to demonstrate that the 9/11 bombings were a joint US-Israeli plot aimed at justifying the war against radical Islam. Originally a left-wing, anti-fascist and pro-gay rights group, Réseau Voltaire became a rallying point for anti-Zionists of all kinds after 2001. It is reported that Meyssan left France in 2007 and now lives as a “political exile” in Syria.

The website http://lesogres.org, launched in support of the Afro-Caribbean comedian Dieudonné M’Bala M’Bala (although not his official website) is undoubtedly the most virulently antisemitic site in France. It is rife with conspiracy theories, anti-Zionist propaganda and openly anti-Jewish talk, including lists of Jews, or supposed Jews, who allegedly control France, its media, politics and economy. The rationale behind the website is that France and the Western world are dominated by the Jews, coded-named “Zionists,” who are both anti-Muslim and anti-black racists. As a consequence, Les Ogres is a forum for both Islamists and Black supremacists, with links to far left and neo-Nazi/fascist websites. In November, Dieudonné was fined 5,000 euro, in the Paris Court of Appeals, for incitement to racial hatred, after declaring that the Jews had built fortunes from the slave trade.

Far Right Extra-parliamentary Groups and Activities

According to the Renseignements Généraux (the state security police) the total number of far right activists in 2004/5 was 2,500−3,500. The report stressed that the main target of far right activity had shifted from the Jews to the Muslim community. It identified 20 groups, split into five ideological subdivisions: the skinhead movement (1,000−1,500 activists) the Identity movement; ultra-nationalists; neo-Nazis and soccer hooligans. This situation still held for 2007, with the qualification that many former young, radical supporters of far right parties had since joined extra-parliamentary groups.

The Identity movement (total membership, according to a police report, 500) revolves around Bloc Identitaire, led by Guillaume Luyt, Philippe Vardon and Fabrice Robert. It publishes the quarterly ID, which has an address in Belgium in order to avoid prosecution. In 2007, the Bloc tried to build a Fédération Identitaire, incorporating the Alsace d’abord regionalist movement. It also continued its initiative, through its sister organization, Solidarité des Français, to distribute pork meals to the homeless in Paris, thus excluding both Jews and Muslims. The Bloc maintains an online press agency Novopress (www.novopress.info), and focuses its political activity on the city of Nice, where its local leader, Philippe Vardon, polled 2.29 percent of the vote in the legislative election. A rival national revolutionary faction, the Réseau Radical, is led by Christian Bouchet, former leader of Nouvelle Résistance and Unité Radicale. Referring to Israel as “the entity,” it runs the www.voxnr.com website and publishes the magazine Résistance !, championing Iran and hard-line anti-Zionism; it has now changed its name to Les Notres, a reference to the Russian word nashii (Ours) used by the Eurasists of Aleksandr Duguin in the 1990s, and subsequently by the pro-Putin youth movement of the same name. Another Identity movement is Terre et Peuple, led by former GRECE (see http://www.tau.ac.il/Anti-Semitism/asw99-2000/france.htm) president and FN national leadership member Pierre Vial, which promotes a volkisch (nationalist) agenda. The RED (Rassemblement des Etudiants de Droite) is a student group with a record of violence and extreme antisemitism, as shown in its magazine Le Dissident.

The ultra-nationalist movement comprises groups of 30−80 followers. They include Œuvre française, a rabidly antisemitic group led by Pierre Sidos, who supported Le Pen’s candidacy in the presidential election; Renouveau Français (publication: L’Héritage), the new name of Garde Franque (a Catholic fascist fundamentalist group formerly belonging to the transnational European National Front); and Jeunes Bonapartistes (publication: La Cocarde). A small nationalist, Catholic party, Parti National-Radical, published excerpts of The Protocols of the Elders of Zion in several issues of its quarterly, Le National-Radical (sold at newsstands in 2007) The party’s mail-order distribution service also offers a French edition of the tract.

Neo-Nazis (who may also be skinheads) were responsible for the desecration of mosques and Muslim cemeteries in 2007 (such as the cemetery near Arras in April 2007). (The two desecrations of Jewish cemeteries recorded in 2007 were the work of a Muslim − in Lille, March; and of a group of youths belong to a satanic cult − Le Havre, April). Most desecrations in France today are directed against Christian (Catholic) cemeteries and are perpetrated by Satanists, some of whom may be neo-Nazis and fans of the music sub-culture known as National-Socialist Black Metal. The web also hosts a handful of French antisemitic neo-Nazi websites, among them http://www.herveryssen.blogspot.com (personal page of Hervé Ryssen) and http://borislelay.blogspot.com.

In their struggle against the “New World Order,” some groups on the far right have begun cooperating with black supremacist movements such as Génération Kemi Seba (http://www.seba-wsr.com), formerly Tribu KA, which was banned in July 2006 for antisemitic violence. A marginal group, Seba has allied with the most antisemitic French fascist group in existence, the Droite Socialiste (http://droitesocialiste.hautetfort.com), led by Thomas Werlet. In February Kemi Seba was arrested for racially insulting policemen (see also below).

Islamist Groups

The power of the Islamist movement should be assessed in relation to the number of Muslims living in France, which lies between 4 and 6 million (higher figures are used in order to portray France as a Muslim-dominated country, or by Islamists to exaggerate their strength), as well as to the level of religious practice among French Muslims, which is only about 15 percent. On the other hand, anti-Jewish prejudice among those who are devout remains high (see http://www.tau.ac.il/Anti-Semitism/asw2005/france.htm).

The representative body of religious Muslims is the Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), elected in June 2005. This organization is divided between three factions: moderate followers of the Grande Mosquée de Paris, led by CFCM chairman Dalil Boubakeur and supported by the Algerian government; the orthodox Sunni Union des Organisations Islamiques de France (UOIF; led by Laj Thami Breze), guided by the Egyptian Muslim Brotherhood and by the Egyptian-born Shaykh Yusuf al-Qaradawi, the UOIFs supreme religious authority; and the Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF), a predominantly Moroccan organization whose former chairman, Mohamed Bechari, is reportedly close to the Moroccan Islamist PJD (Party of Justice and Development). The FNMF has split into two rival factions: one which retains the original name and the Rassemblement des Musulmans de France.

The UOIF remains a controversial organization. It appears to be split between older followers of the national leadership, who are predominantly foreign-born (mostly Tunisian), and a younger generation of French-born people, who complain about the high degree of political interference, both from abroad and from within the country. The younger generation, influenced by Tariq Ramadan (a regular speaker at the UOIF national convention) and preachers such as Hassan Iquioussen, is often more vocal and more radical than the older one when it comes to relations with the Jews and Israel. On the Middle East issue, the UOIF supports the Palestinians through the Committee for Charity and Assistance to Palestinians (CBSP), which is authorized to raise money for institutions linked to the Islamic movement of the Arab-Israeli mayor of Umm al-Fahm, Shaykh Ra`id Salah. In 2007, CBSP won its libel law suit against the Simon Wiesenthal Center (CSW) which claimed that the money the charity raised was being used to finance terrorist acts, especially those of Hamas (the decision was being appealed). Although the CSW report provided no evidence, it is public knowledge that CBSP lends political support to Hamas and financial help to the families of the movement. The UOIF supports a socially conservative agenda, preferring collaboration with right-wing parties, notably, François Bayrou’s Mouvement Démocrate.

The Swiss theologian Tariq Ramadan, and the groups that disseminate his thinking, Présence Musulmane and the Collectif des Musulmans de France, have a sizeable following among young Muslims of the middle and upper classes. Ramadan, who advocates a modern orthodox Islam, rooted in the reality of European societies and values, has close ties to the anti-globalization movement and the Green Party, where his virulent anti-Zionism is well received. The Ramadan tendency and radical left thinkers critical of Zionism and Israel meet at the main French Islamic website, www.oumma.com. In 2007 Arab nationalist René Naba, one of the main contributors to Oumma, was highly involved in the anti-Sarkozy network that launched the extremely antisemitic website www.toutsaufsarkozy.com, run mostly by activists from the national-revolutionary extreme right, such as Michel Schneider. The site had resumed operation, in October, after disappearing in July.

The important role of the Internet in the emergence of a virtual Muslim identity in France is evident in several well-designed sites with a wide readership, such as www.saphirnet.info and the above-mentioned www.oumma.com.

Of particular concern to the authorities is the growing Salafi movement, inspired by Saudi ulama (Muslim scholars). According to a 2005 report of the Renseignements Généraux, the Salafis number some 5,000 and control about 30 mosques. Non-jihadi Salafi activity is noticeable especially on the Internet, at sites such as www.darwa.com, http://www.sounnah.free.fr and http://www.salafs.com. There is no organized, open expression of the jihadist trend, such as that characterizing the British al-Ghurabaa or the Saved Sect. However, the French security services regularly dismantle cells that support jihad or plot terrorist actions.

Three other Islamic fundamentalist groups are widely represented in France: the pietist Tabligh movement, estimated at about 10 percent of religious Muslims; Foi et Pratique which split from it, led by Tunisian Muhammad Hamami; and the French branch of the Lebanon-based Ahbachi movement, with headquarters in Montpellier, under the leadership of Shaykh Khalid al-Zant. All in all, the level of Islamist activity is high, as, too, is the risk of terrorist activity, according to the state security services, because of repeated fatwas issued by the emirs of the Algerian, al-Qa`ida-affiliated GSPC (Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat, among other names, whose website can be accessed from France at http://almedad.com/vb), and cells of the Moroccan Groupe Islamiste Combattant Marocain (GICM).

ANTISEMITIC ACTIVITY

The number of antisemitic incidents in France declined by 30 percent to 261 (2006: 371) in 2007, according to a report released by the SPCJ in February 2008. There was a corresponding decrease in violent acts (32 percent), from 213 in 2006 to 146 in 2007, including a drop in physical attacks on individuals from 112 in 2006 to 73 in 2007. The report also noted a rise in antisemitic threats and actions coming from the extreme right, or that were carried out by people using extreme right stereotypes and slogans, such as “Jewish conspiracy,” “Jewish greed for money” or “Jewish domination of the Western world.” There appeared to be no direct link between Middle East events and antisemitic activity in France, indicating that antisemitism has become a deeply-rooted phenomenon.

Violence, Vandalism, Threats and Insults

Despite a 40 percent reduction in racist incidents against school children reported by the French ministry of education in January 2007 for the year 2005-6, several attacks on Jewish youngsters were reported in 2007. On March 2, for example, a 13-year-old Jewish boy from Paris was beaten by five youths, who shouted, “Dirty Jew, go back to your own country...” A month previously two Jewish high-school pupils were beaten in the city by a group of youths, who also shouted “Dirty Jew.”

In other assaults, two men of Middle Eastern appearance snatched a mobile phone from a young colored Jewish woman (born of a West Indian father) near a metro station in Marseille on April 26, ripped the Star of David from her neck, lifted her shirt and drew a swastika on her chest. The police were investigating. Another young Jewish woman required medical attention after being attacked in Noisy-le-Grand near Paris, on August 9, by two youths she described as being of African origin. Shouting “Dirty Jew,” they stole her mobile phone and beat her. A 15-year-old boy was charged, in June, with beating and insulting a handicapped Jewish woman at a municipal swimming pool in Reims on April 18. Among other assault victims were two rabbis, in the Paris Gare du Nord and in Rouen.

In other violent incidents, a petrol bomb was thrown at a Jewish yeshiva in Saint Louis near Mulhouse, eastern France, on May 6, the night of the presidential elections. Synagogues in Hagondange, Metz and Aulnay-sous-Bois were stoned or desecrated.

Repeated antisemitic harassment and attacks were reported in November by Jewish residents of the Albert Camus neighborhood in the 10th arrondissement of Paris. A group of Jewish teens was forced to leave a playground on the grounds that it was “Palestinian territory,” two Jewish youngsters were assaulted on the street, and a Jewish teen was labeled “dirty Jew” and beaten during a soccer game. The neighborhood is heavily populated by Muslim immigrants from Africa and the Maghreb.

For examples of antisemitic propaganda, see above.

Holocaust Denial

In an interview broadcast on the state radio station France Culture, on March 1, Raymond Barre, former prime minister of France (1976-81), defended convicted war criminal Maurice Papon, who signed the order of deportation of French Jewish children during the Vichy government, praised convicted Holocaust denier Bruno Gollnish and denounced the “leftist Jewish lobby.” He denied accusations of antisemitism on March 10 in the French daily Liberation.

During the defamation trial against former Minister of Justice Robert Badinter (1981-86), initiated by the French Holocaust denier Robert Faurisson because the former had called him “a forger of history,” Faurisson repeated his claim, in March, that the gas chambers and the Holocaust were a “historic lie.”

Following a request by the French Union of Jewish Students (UEJF), police confiscated books denying the Holocaust by Roger Garaudy, Robert Faurisson, Jean Plantin and Serge Thion, from the Paris bookshop Librairie du Savoir.

RESPONSES TO RACISM AND ANTISEMITISM

Several antisemites and racists were convicted and sentenced in 2007. On August 28, for example, Nizar Ouedrani was sentenced by a magistrate’s court in Paris to 9 months in prison (6 of them suspended) for attacking two Jewish men accompanied by a small child with a metal object as they were making their way to synagogue in July. Ouedrani had tried to claim that he did not know the victims were Jewish.

In Lyon, Mickael Tronchon, a follower of the extreme right “leaderless resistance” ideology, was sentenced in May to 20 years imprisonment for the attempted murder of two Arab men and the desecration of the Jewish cemetery of La Mouche, Lyon, in 2004. Tronchon apologized for the deed. In September, a French court sentenced three neo-Nazis for the desecration of a Jewish cemetery in the village of Herrlisheim in April 2004. One was given 30 months and the other 18 months each. They also expressed regret for their act.

Dismissed teacher Vincent Reynouard was sentenced to one year imprisonment and fined 10,000 euro in November for denying the Holocaust. Reynouard, a Catholic fundamentalist and leader of the Mouvement de Combat Saint-Michel, had fled France for Brussels in 2004 after being convicted of “approval of a war crime.” He was re-arrested at a neo-Nazi conference in Seine-St. Denise.

On October 26, the district attorney of Paris imposed on Kemi Seba, founder of the banned Tribu KA, a sentence of five months in prison, a fine of 10,000 euro and the forfeiting of his civic rights for five years. Kemi Seba was found guilty of incitement to racial hatred and denial of crimes against humanity. In August 2006, Kemi Seba’s website had posted an article titled "Dezionisation...Our Political Program," in which he labeled Zionism the “cancer of humanity.”

Jean-Yves Camus

Published in http://www.tau.ac.il/Anti-Semitism/asw2007/france.html 

September 22th, 2008

Posté par Nath Szuchendler à 21:10 - - Permalien [#]



14 septembre 2008

Arrestation de néo-nazis pour profanation de tombes musulmanes à Arras

Une dizaine de personnes ont été appréhendées ce mardi 09 septembre, dans le cadre d’une enquête menée sur la profanation de quelque 148 tombes réparties dans le carré musulman du cimetière militaire d’Arras.
Le 6 avril 2008 au matin, on découvrait en effet la violation de ces tombes dans le cimetière Notre-Dame-de-Lorette de Albain-Saint-Nazaire, près d'Arras, qui avaient eu lieu dans la nuit du 5 au 6 avril. Les sépultures étaient non seulement recouvertes d'inscriptions injurieuses à l'encontre des musulmans et de la garde des Sceaux Rachida Dati, mais l'une d'entre-elles était "décorée" d'une tête de porc...
Ce cimetière français inauguré en 1925 accueille environ 40 000 sépultures de combattants de nationalités différentes engagés dans la défense du pays, dont 576 tombes de soldats de confession musulmane. Il est aussi la plus grande nécropole militaire de France qui commémore notamment les combats de 1915.

Un remake des scènes macabres de 2007

En avril 2007, ce cimetière militaire avait déjà fait l'objet d'une profanation. Des graffitis nazis indiquant " Heil Hitler" et "Skinhead is not dead", des croix gammées et celtiques avaient défiguré 52 tombes du carré musulman. Les trois auteurs du délit avaient été désignés comme des "nazillons" par le procureur d'Arras, Jean-Pierre Valensi, pendant leur procès. Condamnés à deux années de prison, dont un an ferme pour les deux garçons de 18 et 21 ans, et à sept mois de prison dont cinq mois et demi avec sursis pour le mineur de 16 ans, ils ont été remis en liberté par libération anticipée.
Agés d'une vingtaine d'années, les suspects de l'année 2008 font partie de mouvements skinhead et néonazi, comme leurs aînés un an auparavant. Dix personnes avaient été arrêtées "dans plusieurs zone du Pas-de-Calais" d’après les indications de Brigitte Lamy, procureure de la république de Béthune, certaines ayant été entendues le lendemain des faits. Deux jeunes majeurs ont donc été conduits devant le juge ce mercredi 10 septembre pour mise en examen. Huit autres suspects, interpellés aussi le mardi 09 septembre, ont été relâchés. Mais les investigations qui les concernent se poursuivent encore, d’après les déclarations de Jean-Michel Cédé, commandant la section "recherches" de la gendarmerie lilloise.

Des résurgences nazies s’amplifient dans les sectes

Le rapport de la Miviludes (1) remis au gouvernement en avril 2008 rendait compte des résurgences du nazisme incorporé dans les courants qui se réclament du satanisme, du paganisme ou de Lucifer... Ces différents mouvements concerneraient environ 25 000 personnes dont 80% de moins de 21 ans. Tous ne sont pas sensibles à cette propagande, mais on en observe déjà les dégâts. L’accroissement du phénomène sectaire, depuis le rapport de 2004, fait apparaître 92 cas de profanations recensés de janvier à novembre 2007, à savoir une augmentation de 300% sur les trois dernières années. Un problème d’autant plus consternant qu’on constate une moyenne d’un cas de profanation par jour en avril 2008. Ainsi l’incitation à la haine raciale s’ajoute au mal-vivre récupéré par d’habiles "initiateurs".
On rappellera qu’en juin 2007, Libération relatait le procès de jeunes bretons impliqués dans des profanations, expliquant leur volonté de "laver la terre d’Armorique des intrus qui y avaient pris place, sans le moindre respect pour nos racines celtiques"… Avant de brûler une chapelle classée monument historique. (2) On se souviendra aussi qu’en février 2004, huit membres d'un "réseau de satanistes néo-nazis" ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Toulon pour "diffusion d'une revue exhortant à la haine raciale et l'antisémitisme, et profanation de sépultures". (3)
Au-delà de l'indignation générale que suscitent momentanément ces actes criminels, espérons que les actions liées au courant sectaire (4) seront considérées enfin comme un réel problème en France.

Nathalie Szuchendler

(1) http://www.miviludes.gouv.fr/-Rapport-2007-?iddiv=3

(2) http://www.liberation.fr/actualite/societe/263(4)437.FR.php

(3) http://pagesperso-orange.fr/felina/doc/just/neo_nazis.htm

(4) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/02/20/1935-elysee-les-sectes-sont-un-non-probleme
et aussi
http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/02/24/1963-emmanuelle-mignon-l-eminence-de-sarkozy

dimanche 14 septembre 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

in http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/09/14/2062-arrestation-de-neo-nazis-pour-profanation-de-tombes-musulmanes-a-arras 

Posté par Nath Szuchendler à 13:05 - - Permalien [#]

06 septembre 2008

Iran : quatre militantes féministes condamnées à la prison

Quatre féministes actives dans la campagne « un million de signatures pour changer les lois discriminatoires envers les femmes » lancée en août 2006 pour réclamer l'égalité des droits pour les deux sexes en Iran, ont été condamnées ce 03 septembre à six mois de prison ferme par le tribunal de Téhéran. Conformément aux préceptes de la jurisprudence islamique instaurée par la Constitution iranienne depuis octobre 1979, Parvin Ardalan, Maryam Hosseinkhah, Jelveh Javaheri et Nahid Keshavarz ont été accusées d'atteintes à la sécurité nationale par la diffusion de propagande contre l'Etat. On précisera qu'il s'agit d'une accusation régulièrement retenue par les autorités iraniennes pour stopper toute opposition politique au régime des mollahs.
Et c'est dans ce contexte de répression accrue contre les militants des droits humains et les défenseurs de la démocratie en Iran que les quatre féministes ont été arrêtées par des Gardiens de la révolution islamique. Leurs délits : avoir mis en ligne de la "littérature féminine totalement incompatible avec la morale islamique" sur des sites internet locaux qui publient aussi différents auteurs dissidents censurés par le régime du président Ahmadinejad. Par ailleurs, l'une des quatre féministes a été accusée d'avoir empoché "soixante quinze mille dollars" pour avoir notamment diffusé de la "propagande anti-iranienne à l'étranger" et des articles susceptibles de "porter atteinte à la sécurité" du régime des mollahs...
Nahid Keshavarz est aussi membre du centre culturel des femmes en Iran et avait été arrêtée le 4 mars 2007 avec 23 autres femmes. Elle avait été libérée sous caution après 48 heures passées en prison. S'agissant des "un million de signatures", "notre souhait principal dans cette campagne est de vulgariser les discours égalitaires concernant les rapports hommes/femmes. Cette campagne avec sa méthode de « face à face » passe par le dialogue avec les femmes et les hommes de la rue, dans les taxis, le métro, l’autobus, pour attirer l'attention des gens sur ces discriminations et inégalités. Les militant(e)s de cette campagne, quand elles/ils sont sur le terrain pour collecter des signatures, distribuent des plaquettes d’information pour favoriser la prise de conscience. Ces petits livrets sont même distribués aux personnes qui ne signent pas le document. L'objectif de cette campagne est de faire prendre conscience aux femmes de leurs droits. Certain(e)s signataires sont devenu(e)s de membres actifs de ce mouvement. Nous espérons donc que cette campagne suivra son chemin, pourra transformer les femmes et les hommes en militant(e)s des droits des femmes" indique N. Keshavarz en mai 2007 dans une interview au journal allemand Junge Welt (*)
Parvin Ardalan a déjà été condamnée trois fois pour ses activités à une peine de deux ans et demie de prison avec sursis plus six mois de prison ferme, ainsi qu'à une peine de deux ans avec sursis pour des motifs identiques. Lauréate du prix Olof Palme en 2007 pour son action en faveur des droits des femmes, le gouvernement d'Ahmadinejad lui interdit de quitter l'Iran pour se recevoir cette distinction à Stockholm en mars 2008.
Quand à Maryam Hosseinkhah et Jelveh Javaheri, elles ont été arrêtées fin 2007 pour avoir diffusé de soit-disantes contrevérités dans des articles publiés sur des sites féministes et libérées en janvier 2008 après avoir versé chacune une caution de l'équivalent de 5.300 dollars.
Jusqu'où le régime terroriste iranien poussera-t-il le bouchon - ou la corde - pour étouffer les mouvements féministes, syndicaux, estudiantins et des droits fondamentaux ? Pour ce second anniversaire de la Campagne pour l'égalité, Amnesty International demande une fois de plus au gouvernement iranien de stopper le harcèlement et l'emprisonnement de tous défenseurs des droits humains, et de procéder à la libération de tous les détenus incarcérés pour délit d'opinion.

Nathalie Szuchendler

(*) http://iranfeministe.online.fr/index.php?2007/05/23/10-parole-dune-militante-de-la-ca...

samedi 06 septembre 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

in http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/09/06/2057-iran-quatre-militantes-feministes-condamnees-a-la-prison 

Posté par Nath Szuchendler à 14:02 - - Permalien [#]

03 septembre 2008

Benoit XVI et la grenouille par qui arrive le blasphème

Le pape Benoit XVI a dénoncé le caractère blasphématoire d'une œuvre d'art exposée en Italie et figurant une grenouille crucifiée. Symbole traditionnel de la météo ou animateur-vedette d'un célèbre show télévisé, le batracien appelé "grenouille" a aussi fait l'objet d'une sculpture réalisée par l’artiste allemand Martin Kippenberger (1953-1997). L'œuvre représente en effet l'animal supplicié qui tire la langue en tenant une chope de bière dans une patte et un œuf dans l'autre. Censée représentée l'auteur, elle s'intitule “autoportrait de l’artiste en état de crise profond”. Exposée au musée d’art moderne de Bolzano, dans le nord-est de l'Italie, au début de l'été, ce sont les élus locaux de la ville, le ministère italien de la culture puis le pape qui ont été pris d'un coup de sang.
En mai dernier, le président de la région de Bolzano, Luis Durnwalder, avait demandé au musée de retirer la sculpture présumée provocatrice "dans une région à 99% catholique". Au mois de juillet Franz Pahl, un élu en état de choc, avait entamé une grève de la faim pour contester l'exposition de l'amphibien jugé blasphématoire dans le musée de sa ville. Aussi sous la pression d'élus locaux, l'œuvre exposée à l'entrée de la galerie a été transportée au troisième étage de l'établissement. La directrice du musée, Corinne Diserens, a néanmoins refusé de censurer cette production, évoquant une "instrumentalisation d'une œuvre à des fins politiques". D'autant plus qu’il était affiché une “note d’information” expliquant “la valeur artistique et le contexte où naquit l’ouvrage”. Sandro Bondi, ministre "berlusconien" de la culture, a jugé le 28 août que "non seulement cette œuvre blesse le sentiment religieux de nombreuses personnes qui voient dans la croix le symbole de l'amour de Dieu, mais elle offense aussi le bon sens et la sensibilité de ceux qui ne se reconnaissent pas dans ce symbole". Et de conclure : "Je serais heureux que les institutions publiques ou financées par le public n'exaltent pas uniquement l'art désacralisé, les provocations inutiles ou le non-sens". Enfin l'évêque de Bolzano, Wilhelm Egger, s'était entretenu de l'affaire "de la grenouille" lors d'une rencontre avec Benoit XVI qui passait ses vacances dans la région... Le Vatican avait alors immédiatement contacté au mois d'août le gouvernement régional, pointant dans son courrier la peine provoquée par cette représentation auprès des croyants qui "voient dans la croix le symbole de l'amour de Dieu".

D’autres protestations se sont fait entendre en Italie, celles d’amateurs d’art et de créateurs, et visent à soutenir non seulement l’exposition en question, mais aussi la liberté d'expression menacée dans cette affaire apparemment anecdotique. Exhibée sans problème à Londres, Venise, New York et Los Angeles, puis en 2004 au musée de Laguna Beach en Californie, dans le cadre d’une exposition intitulée “100 artistes voient Dieu”, la sculpture de l'artiste polyvalent M. Kippenberger a ainsi jeté l'anathème dans la ville de Bolzano où l'on tente visiblement de limiter la vie d'une grenouille au cadre stricte du bénitier.

Nathalie Szuchendler

03 septembre 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

in http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/09/03/2056-benoit-xvi-et-la-grenouille-par-qui-arrive-le-blaspheme

Paru dans Respublica N° 597

in http://www.gaucherepublicaine.org/2,article,2192,,,,,_Benoit-XVI-et-la-grenouille-par-qui-arrive-le-blaspheme.htm

Posté par Nath Szuchendler à 21:58 - - Permalien [#]

01 juillet 2008

Jérusalem : la gay pride sous protection policière

La 7ème édition de la Gay Pride à Jérusalem s’est déroulée le jeudi 26 juin sous un arsenal sécuritaire plutôt imposant. Deux mille hommes répartis sur les toits, les balcons, dans des hélicoptères ou des dirigeables étaient en charge de surveiller les quelques 2000 participants venus défiler pacifiquement dans les rues de la ville.

L’association Open House en médiatrice

L’atmosphère était beaucoup plus calme que les années précédentes, parfois ponctuées d’évènements dramatiques. Lors du quatrième défilé gay à Jérusalem en 2005, un ultra-orthodoxe avait poignardé deux participants. La cinquième Gay Pride s'était, elle, transformée en un rassemblement le 10 novembre 2006 dans un stade de la ville sous haute surveillance policière. La Gay Pride 2007, prévue dans les rues de Jérusalem, avait été annulée en raison de violentes manifestations générées par les milieux ultra-orthodoxes. Ils s'insurgeaient contre la profanation du "caractère sacré" de la ville par une manifestation "sodomite". Cette année, la vieille-ville de Jérusalem n’était pas non plus accessible au défilé parce qu’y résident les lieux saints de plusieurs grandes religions monothéistes. L’association de défense des homosexuels Open House, qui avait demandé une autorisation à la mairie de Jérusalem en bonne et due forme pour organiser la parade annuelle, entendait se donner les moyens de mettre en place une marche dans de meilleures conditions. La communauté gay souhaitant être totalement intégrée à la ville sainte, "cette année, nous avons voulu que le défilé se déroule sans violence", explique son directeur Yonathan Leibowicz, "l'Etat d'Israël est juif et démocratique, et nous voulons que ces deux termes ne soient pas contradictoires". Hormis quelques homophobes du quartier ultra -orthodoxe Mea Shearim, qui ont tenté de contre-manifester avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "don’t sodomize Jerusalem", la gay pride a pu, cette année enfin, se dérouler sans violence.

Quand les ultras-religieux et l’extrême-droite israélienne s’en mêlent

Mais l’opposition de certains religieux ultra-orthodoxes et de l'extrême droite ne s’était pas fait attendre. Au début du mois de juin, un conseiller municipal du parti Shaas s’est opposé à l’autorisation municipale de la marche. "Une tentative pathétique d'empêcher le défilé" a expliqué le conseiller municipal et leader de la communauté gay Itai Pinkas. L’extrême–droite s’est activée à faire légiférer selon les principes attribués au judaïsme. En effet, à la Knesset, des députés de droite et de partis religieux ont décidé de promouvoir un amendement à la Loi fondamentale de Jérusalem (adoptée en 1980 par la Cour suprême) pour interdire une Gay Pride dans la ville, cet ajout étant déjà passé en lecture préliminaire en 2007. La semaine dernière, c’est le National Jewish Front qui a demandé l'interdiction de la manifestation LGBT. Cette organisation d'extrême droite, qui considère la marche des fiertés comme "une provocation", a été fondée en janvier 2004. Son leader Itamar Ben-Gvir est un ancien membre du parti Kach banni de la Knesset en 1986 et dissous en 1994.
Mais d’autres organisations ont fait entendre leur voix. Au milieu des flags, des ballons, des casquettes, des keffiehs à damiers rouge et blanc et des kippas aux couleurs arc-en-ciel, des membres du Meretz étaient présents à ce rassemblement. "Je suis venu soutenir les manifestants et m'identifier à leurs objectifs : leur lutte ne concerne pas seulement la communauté gay, mais l'ensemble de la société pluraliste d'Israël" précise Haïm Oron, le président de ce grand parti de gauche.

Nathalie Szuchendler

Voir aussi :
http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/02/17/1184-mariage-homosexuel-les-propos-du-rabbin-wertenschlag

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/07/07/573-le-grand-rabbin-disrael-demande-au-pape-de-se-prononcer-contre-la-gay-pride

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/07/13/580-israel-appel-au-meurtre-des-hommes-de-sodome-et-gomorrhe-4000-euros-de-recompense

mardi 01 juillet 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

in http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/07/01/2046-jerusalem-la-gay-pride-sous-protection-policiere

Posté par Nath Szuchendler à 20:16 - - Permalien [#]

28 juin 2008

Etats-Unis : plus de peine capitale pour les violeurs d’enfants

La Cour suprême des Etats-Unis a tranché ce mercredi 25 juin 2008 en ce qui concerne la condamnation à mort d’un violeur en Louisiane. Par cinq voix contre quatre, la jurisprudence américaine a cassé le jugement de la Cour s’est en effet prononcée contre la peine capitale en cas de viol sur mineur de moins de 13 ans. Elle considère comme inconstitutionnel le fait de faire la appliquer "pour le viol d'un enfant lorsque le crime n'a pas entraîné la mort et n'avait pas pour but d'entraîner la mort". Et il est apparu arbitraire pour les juges de poser un listing de circonstances aggravantes qui pourrait légitimer la peine de mort pour ce type de criminalité. D’autant plus que la Constitution interdit les peines "excessives, cruelles ou inhabituelles" par son 8ème amendement.

Une législation plutôt élastique

Les violeurs d’enfants pouvaient être condamnés à des peines minimales de 25 ans d’emprisonnement ou à la condamnation à mort comme dans cinq états nord-américains, à savoir la Louisiane, le Montana, l'Oklahoma, la Caroline du Sud et le Texas. Premier état à adopter cette mesure à l’encontre des violeurs d’enfants en 1995, la Louisiane était aussi le seul à l’utiliser. Un homme a été condamné il y a quelques mois pour avoir agressé sexuellement et à plusieurs reprises la petite fille de ses voisins en 2004. Il attendait sa sanction dans le couloir de la mort, au même titre que Patrick Kennedy condamné par la Cour suprême de cet état pour avoir violé la fillette de sa compagne en 1998.On soulignera qu’en matière de peine capitale, le Texas dont est issu George W. Bush procède à lui seul à plus de la moitié des exécutions du pays. La Virginie arrive en seconde position avec cent exécutions depuis 1976, tandis que quarante-quatre des cinquante états américains interdisent la peine de mort pour viol d'enfant ou d'adulte.

Ne pas exécuter le "mauvais" coupable

Face à la décision de la Cour suprême, les deux candidats à la présidence rivalisent dans l’indignation, l’enfance en écharpe et la vengeance en drapeau… Malgré le moratoire des exécutions de l’année 2000 en Illinois, décrété par l’ancien gouverneur républicain George Ryan, le candidat John McCain proteste avec véhémence contre l’invalidation de la sanction concernée. Le démocrate B. Obama ne se fend pas non plus en partisan de l’abolition. "Le viol d’un enfant est un crime odieux qui mérite la peine de mort ! " s’indigne-t-il. "J’ai dit à plusieurs reprises que je pense que la peine de mort devrait être autorisée dans un nombre très limité de circonstances, pour les crimes les plus extrêmes. (…) Si un Etat décide que dans des circonstances réduites, limitées, et bien définies, la peine de mort est au moins potentiellement applicable, ça, ça ne viole pas notre Constitution". Et d’avoir prôné un encadrement "pour s’assurer que la peine de mort y est appliquée avec prudence et de façon appropriée". Fraîchement élu sénateur de l’Illinois, Barak Obama avait fait adopter un projet de loi élargissant la peine capitale aux meurtriers de personnes âgées parce qu’ "il y a des crimes extraordinairement atroces – le terrorisme, le mal fait à des enfants – pour lesquels la peine de mort peut être appropriée". Bien qu’il pointe le caractère raciste du système judiciaire qui, en Caroline du Sud par exemple, fait arrêter noirs et blancs selon des critères différents et condamner à des sentences différentes pour le même crime, le candidat démocrate ne se démarque pas de Clinton dont la présidence n’a pas vraiment fait reculer le nombre d’exécution. Depuis son deuxième mandat en 1996, le taux annuel de condamnation mortelle avait quasiment doublé jusqu’à ce la Cour suprême rende illégales les exécutions de mineurs et de déficients mentaux en 2005. On se rappellera que pendant sa campagne en 1992, le candidat Bill Clinton avait présidé à l’exécution en Arkansas du criminel reconnu mentalement déficient Ricky Ray Rector.

Les Etats-Unis restent en tête des Etats qui pratiquent la peine de mort, aux côtés de la Chine et de l’Iran. Depuis son rétablissement en 1976, le bilan de trente années de justice présente deux millions de détenus dans les prisons nord-américaines, deux autres millions sous surveillance juridico-policière et près de trois mille cinq cents prisonniers dans le couloir de la mort. Selon Amnesty International, non seulement la peine capitale "frappe souvent de manière disproportionnée les plus pauvres, les plus faibles et les personnes marginalisées", mais elle constitue "le châtiment le plus cruel, le plus inhumain et le plus dégradant qui soit. Elle n’a pas sa place dans un système judiciaire moderne".

Nathalie Szuchendler

Samedi 28 juin 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/06/28/2044-etats-unis-plus-de-peine-capitale-pour-les-violeurs-denfants

Posté par Nath Szuchendler à 12:19 - - Permalien [#]

27 juin 2008

Communautarisme et politique locale

Communautarisme et politique locale
Vidéo envoyée par egalibre

C dans l'air du Jeudi 26 juin 2008.

Débat sur les tensions communautaires avec Caroline Fourest,  Jean Baubérot,  François Pupponi,  Abdennour Bidar.

Patientez 10 secondes pour une meilleure visualisation :-)

Posté par Nath Szuchendler à 20:14 - Permalien [#]

26 juin 2008

Nous voulons que vive France 3 - Opinions - Le Monde

Aujourd'hui, notre chaîne est menacée, dans son identité nationale et régionale, demain peut-être dans son existence. Menacée, non par la désaffection du public - France 3 est la chaîne généraliste qui a le mieux résisté à l'arrivée de la TNT - ni par les déficits - son budget est équilibré - mais par des décisions politiques relevant d'enjeux qui la dépassent.

Le 8 janvier, le président de la République a annoncé la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques, qui seront ainsi "libérées de la dictature de l'Audimat". Les observateurs saluent le beau coup politique. "La gauche en a rêvé, je le fais", se félicite Nicolas Sarkozy. Qui se plaindra de la disparition des tunnels de publicité ? A l'époque, seuls les esprits chagrins s'inquiètent du financement des cinq chaînes de France Télévisions : comment compenser la perte de 820 millions d'euros de ressources par an, et même de 1,2 milliard, si l'on tient compte des programmes qui devront remplacer les écrans de publicité (trois heures d'antenne par jour) ?

Nicolas Sarkozy a pris tout le monde par surprise, à commencer par sa ministre de la culture et de la communication, qui n'était pas au courant. Le ministère des finances non plus, qui n'avait pas travaillé le dossier. Et les pistes esquissées par le gouvernement et la commission Copé - où ne siège aucun journaliste de France Télévisions, alors que l'information est l'un des piliers du service public - apparaissent vite incertaines et aléatoires.

Taxer les recettes publicitaires des télévisions commerciales ? Le principe est non seulement choquant dans sa philosophie, mais pervers dans son application : le service public recevrait de l'argent en fonction du volume de publicité engrangé par ses concurrents privés, volume directement lié à leurs taux d'audience... En clair, plus TF1, M6, Canal+ prendront de téléspectateurs au service public, plus ils auront de pub et plus les chaînes publiques recevront d'argent ! Nous aurions donc "intérêt" à ce que nos concurrents réussissent mieux que nous !

Surtout, les chaînes privées ne sont pas du tout disposées à jouer le jeu : à peine l'idée d'un prélèvement de 80 millions d'euros - environ le quart de la manne publicitaire récupérée - est-elle avancée que les patrons des trois grandes chaînes rejettent "les exigences exorbitantes d'un secteur public qui souffre d'une mauvaise gestion structurelle". Les prélèvements sur les opérateurs de téléphonie mobile, sur Internet, ou sur les achats de téléviseurs ont provoqué les mêmes cris d'orfraie. Quant à l'augmentation de la redevance, l'une des plus faibles d'Europe, elle a bien été envisagée par la commission Copé... avant d'être écartée, par le président de la République.

Ne s'agit-il que d'impréparation dans la recherche de nouveaux financements du secteur public ?

Quelques semaines avant l'annonce présidentielle, TF1 adresse à l'Elysée un "Livre blanc" sur "les grands enjeux de la régulation dans l'audiovisuel". Il y est question d'une "redéfinition globale du marché pertinent de la publicité", et d'un service public "dont les missions sont clairement identifiées, financé exclusivement par des fonds publics". Et pour cause : TF1 a perdu près de 5 points d'audience en trois ans (de 32 % à 27 %) et voit au premier trimestre 2008 ses revenus publicitaires diminuer de 17 millions d'euros... Mais aussitôt l'annonce présidentielle sur la suppression de la publicité dans l'audiovisuel public faite, les titres des chaînes privées TF1 et M6 font un bond en Bourse (+ 9 % pour TF1). A l'inverse, les recettes publicitaires de France Télévisions chutent de plus de 20 % au premier semestre 2008, soit un manque à gagner de 160 millions, que l'Etat ne s'est engagé à compenser, "dans les meilleurs délais", qu'à hauteur de 150 millions... Ce qui conduira immanquablement à un déficit du groupe qui en 2007 encore enregistrait un bénéfice de 22 millions d'euros.

En février, le gouvernement réclame des "efforts de gestion" à France Télévisions. Patrick de Carolis doit "réduire la voilure" : coupes dans les budgets (dont l'annulation d'une émission de Michel Drucker), gel de nombreux projets de téléfilms, documentaires ou coproductions cinéma, économies dans les rédactions...

Il y a quelques semaines, alors même que le chef de l'Etat exclut une augmentation de la redevance pour financer l'audiovisuel public, les télévisions privées obtiennent une deuxième coupure publicitaire dans les films, l'augmentation de six à neuf minutes de la durée de publicité autorisée par heure, et l'assouplissement des seuils anticoncentration dans le capital des chaînes du câble et de la TNT (ce qui entraînera un déficit de plus pour France Télévisions).

Presque en même temps, TF1 envoie à la commission Copé un document lui suggérant un cahier des charges pour le service public faisant large place aux débats et aux émissions scientifiques en remplacement des émissions grand public, notamment les retransmissions de grands événements sportifs ! Quelle sollicitude !

La commission Copé, délestée des députés de l'opposition, qui ont démissionné, poursuit ses travaux, suscitant de plus en plus de craintes et d'interrogations : "Au lieu d'une chaîne nationale et de décrochages régionaux, on propose un réseau de chaînes régionales (sept ou huit contre treize actuellement) et un décrochage national", annonce Jean-François Copé le 11 juin.

L'idée n'est pas neuve, mais avec quel argent ? De quels moyens disposeraient ces chaînes régionales pour produire et mettre à l'antenne les programmes que la chaîne nationale ne leur fournira plus ? La télé publique allemande (avec les chaînes ARD et ZDF), qui sert de modèle, bénéficie d'un budget de 7,5 milliards d'euros - plus du double des 2,9 milliards de France Télévisions - consolidé par une redevance plus élevée...

De plus, comment justifier une information recentrée sur les seules régions, sans traitement de l'international, alors que la mondialisation et les enjeux nationaux et européens influent quotidiennement sur la vie de nos concitoyens ? Les journaux nationaux de France 3, en synergie avec les éditions locales et régionales, ont su imposer une liberté de ton et des choix éditoriaux différents de ceux des autres chaînes.

Des journaux qui participent au pluralisme de l'information, rencontrent le succès et bénéficient de la confiance des téléspectateurs. Avec 20 % à 25 % de parts d'audience, les éditions nationales et régionales de France 3 sont parmi les plus regardées de France, et, selon un baromètre IFOP du début de l'année 2008, France 3 reste la chaîne préférée des Français.

C'est ce travail et cette confiance dont nous sommes fiers que nous défendons, en refusant un service public rabougri ou démantelé. La commission Copé se veut rassurante. Mais nous demandons de véritables garanties sur le maintien de notre périmètre, et un financement pérenne et ambitieux qui permette à France 3 - ainsi qu'aux autres chaînes publiques - de poursuivre, en toute indépendance, sa mission d'informer, d'instruire et de divertir le plus grand nombre.

Véronique Auger, Jean-Jacques Basier, Laurence Bobiller, Marie Drucker, Stéphane Dubun, Hervé Godechot, Rémy Giudicelli, Patrick Labarrière, Francis Letellier, Gérard Leclerc, Stéphane Lippert, Catherine Matausch, Audrey Pulvar, Michel Reinette, Alain Rodier, rédacteurs(rices) en chef et présentateurs(rices) des journaux nationaux de France 3.

Lien : http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/06/25/nous-voulons-que-vive-france-3_1062632_3232.html

Posté par Nath Szuchendler à 20:38 - - Permalien [#]

24 juin 2008

Autriche : un nazi sous la protection de Jörg Haider

Utilisant le pseudonyme de Georg Aschner, l’ancien chef de la police oustachie a été identifié à l’occasion de l’Euro 2008 le jeudi 12 juin. Ce résident de la province autrichienne de Carinthie depuis 2006, avec l’accord du gouverneur Jörg Haider, était venu assisté au match Allemagne-Croatie à Klagenfurt en tout anonymat. Mais il a été repéré sur un cliché au milieu de badauds photographiés par un reporter du quotidien britannique The Sun.

Un responsable nazi de déportations en Croatie

Membre actif du régime croate dirigé par le fasciste Ante Pavelic pendant la 2ème guerre mondiale, responsable de la déportation de centaines de juifs, Serbes, Tziganes et communistes croates en tant que chef de la milice nazie dans la ville de Požega entre 1941 et 1942, Milivoj Asner n’affiche aucun état d’âme quant à son passé. "Je ne connais personne qui ait été déporté à partir de Požega. Personne n'a été assassiné. Je n'ai jamais entendu parlé d'une seule famille qui ait été assassinée à Požega"  déclare-t-il tout en affirmant aussi : "Je n'ai rien à voir avec ces déportations. Je ne disposais pas de suffisamment de responsabilités pour en ordonner". (1). Et lorsqu’il en admet l’existence, c’est pour prétendre que les populations concernées étaient conduites "seulement vers leur pays d'origine et non pas vers des camps d'extermination". (2) "Il n'arrivait jamais rien à quelqu'un qui était un citoyen loyal de l'Etat croate. Pour les autres, ma théorie était la suivante : vous n'êtes pas croate, vous détestez la Croatie, d'accord, mais s'il vous plaît retournez dans votre pays". (3)
Alors qu'un mandat d'arrêt international a été émis à son encontre par Interpol (4), le croate Milivoj Asner a été inculpé pour crimes de guerre, génocide et crime contre l’humanité en 2005 par la justice de son pays et figure sur la liste des quatre criminels nazis les plus recherchés. Mais l’Autriche conteste son extradition en arguant l’état de santé défaillant de l’assassin. Le jugement est attendu par les victimes croates et leurs familles pendant que le gestapiste coule des jours heureux avec sa seconde épouse, sous l’identité d’un vieux monsieur tranquille que protège le gouvernement autrichien du chancelier Alfred Gusenbauer.

Abrité sous le parapluie autrichien

Aux dires de l’ex-président du Parti de la liberté (FPÖ)-une formation d’extrême droite aux relents antisémite et xénophobe, Asner serait dans l’incapacité mentale d’affronter un interrogatoire, une extradition ou un procès. "Il vit tranquillement parmi nous depuis des années et il devrait pouvoir vivre le crépuscule de sa vie avec nous" déclare Jörg Haider au journal "Der Standard" (5). La ministre de la Justice Maria Berger a, elle, tenté d’arguer au sujet de la nationalité autrichienne du fantôme Georg Aschner pour empêcher son extradition vers la Croatie, avant d’admettre qu’il est citoyen croate. Le tribunal de Klagenfurt en 2007 statue enfin sur la fragilité psychique du vieux nazi ne permettant ni interrogatoire, ni procès. Serge Klarsfeld désigne l’Autriche comme un "refuge pour les criminels de guerre présumés" qui "a l'habitude de fermer les yeux", tandis que l’examen médical est contesté par Efraim Zuroff du Centre Simon Wiesenthal ainsi que par Gerhard Tuschla, un journaliste de la chaîne publique autrichienne ÖRF s’étant entretenu avec Asner.

Venu soutenir son équipe fétiche au Wörthersee Stadion de Klagenfurt et trinquant avec des supporters croates à l’occasion de l’Euro 2008, le "sénile" Milivoj Asner aura donc fait une apparition publique en pleine possession de ses moyens aussi bien mentaux que physiques.

Nathalie Szuchendler

(1) http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1212659753870&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull

(2) http://fr.news.yahoo.com/euronews/20080620/twl-le-criminel-de-guerre-nazi-milivoj-a-115566a.html

(3) http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3214,50-1061232,0.html

(4) http://www.interpol.int/public/Data/Wanted/Notices/Data/2005/23/2005_29623.asp

(5) http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/europe/20080621.FAP0924/af...

mardi 24 juin 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/06/24/2042-autriche-un-nazi-sous-la-protection-de-jorg-haider

Posté par Nath Szuchendler à 22:17 - - Permalien [#]

16 juin 2008

Indonésie : le gouvernement s'incline face à la pression islamique

Le gouvernement indonésien mené par le président Susilo Bambang Yudhoyono a annoncé le lundi 09 juin qu'il limiterait les pratiques cultuelles du mouvement religieux “Ahmadiyah” (1), apparenté à un islam pacifiste réformé et comptant environ 200 000 membres dans le pays, mais considéré comme une secte. Le 16 avril dernier, le “Bakor Pakem” (Bureau de coordination pour la surveillance des croyances mystiques dans la société, composé de fonctionnaires des ministères de la Justice, des Affaires religieuses et de la Police Nationale) avait déjà jugé la congrégation ahmadie d’ “hérétique” après une enquête trimestrielle menée auprès de 55 communautés appartenant à cette mouvance. Désormais, il lui est interdit de “diffuser des interprétations et de se livrer à des activités qui dévient des principaux enseignements de l'islam”. Le gouvernement somme aux adeptes de l’Ahmadiyah de pratiquer leur culte de manière non prosélyte et strictement privée, conformément aux revendications des intégristes musulmans du pays. Le 28 avril, l’une des mosquées ahmadies a d'ailleurs été incendiée par un groupuscule islamique dans l’ouest de Java. Les pratiquants ont fini par demander protection auprès de la police. La Fondation pour l'aide juridique en Indonésie (YLBHI) en a alors carrément appelé à la dissolution du Bakor Pakem  comparé à l’ “ordre nouveau”, une série d’institutions totalitaires mises en place par le dictateur Soekarno entre 1966 et 1998. A Jakarta le mardi 06 mai, une manifestation réunissant des ahmadis, des musulmans modérés et des chrétiens réclamait la protection de la liberté de culte et de religion en Indonésie. Mais le dimanche 01 juin, ce sont des centaines d'islamistes qui ont attaqué un rassemblement de l'Alliance nationale pour la liberté de religion et de croyance venu soutenir l'Ahmadiyah sur l'esplanade du Monument national, dans la capitale. Environ 500 membres du Front des défenseurs de l'islam (FPI) les ont agressés à coups de bâtons jusqu’à l’intervention d’une cinquantaine de policiers. Le lundi 09 juin, une manifestation d’intégristes musulmans à Jakarta exigeait purement et simplement la dissolution de l’Ahmadiyah, déjà sommée de suivre ses us et coutumes “chez elle” !

Un pluralisme religieux particulier mais en danger

L’Indonésie qui reste le seul pays musulman à sauvegarder une sorte de pluralisme religieux, est inquiétée par une vague intégriste qui balaie le pays depuis une dizaine d’années. La frontière entre la religion et l’Etat y est d’ailleurs assez floue. L’archipel est républicain mais l’un des principes de la république indonésienne, constituée depuis la déclaration d’indépendance de 1945, reste la croyance en un dieu unique. L'article 29 de cette constitution garantit la liberté de culte et ne se réfère à aucune religion. Mais si les Indonésiens sont libres d’être pratiquants ou non, l’athéisme est proscrit et la mention d’une appartenance religieuse est obligatoire sur les cartes d’identité. Un recensement de 1998 (2) fait état de 88% de musulmans, 5% de protestants, 3% de catholiques, 2 % d’hindouistes et 1% de bouddhistes, 1% de juifs et chrétiens orthodoxes. Sur 200 millions d’habitants, l’islam concerne aujourd’hui près de 90% d’indonésiens et reste marqué par les particularismes de l’archipel où étaient pratiqués majoritairement des cultes hindo-bouddistes jusqu’au XVIème siècle. Les classes moyennes urbaines sont assez proches de l’orthodoxie islamique tandis que les campagnes restent traditionnelles. Sumatra et Célèbes respectent les préceptes du coran avec rigueur, Java est attachée aux pratiques mystiques. Deux organisations musulmanes structurent la société indonésienne : la Nadhlatul Ulam relayant l’islam traditionnel, et la Muhammadiyah représentant l’islam orthodoxe de la sunna. Aucune des deux ne soutient l’Ahmadiyah et trouve même légitime qu’on sanctionne cette mouvance…Tandis que les actions de groupes radicaux islamiques s’amplifient en Indonésie, réclament l’application de la charia et s’en prennent aux minorités chrétiennes accusées de conspirer contre l’islam.

De possibles menaces sur les minorités religieuses

Le mardi 11 juin, les responsables de l'Ahmadiyah ont déclaré leur opposition au décret et souhaitent le contester en justice. Plusieurs représentants musulmans se sont indignés de cette décision et craignent que la liberté de culte en Indonésie ne soit limitée aux préceptes rigoureux de la charia. Lutfi Assyaukani, directeur d'un centre d'études sur l'islam libéral, atteste du caractère anti-constitutionnel de la décision gouvernementale à l’égard de l’Ahmadiyah, tandis que le juriste Adnan Buyung Nasution y voit le “début d'un conflit entre les Indonésiens qui veulent conserver un Etat séculaire, une société ouverte et démocratique, et ceux qui veulent forcer le pays à devenir un pays islamiste”. L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) demande l’annulation du décret à l’encontre d’ “une minorité religieuse” que “le gouvernement devrait protéger”. Fadjroel Rachman, de l'Alliance pour la liberté de religion et de croyance, rappelle l’oppression dont ont toujours été victimes les ahmadis et qui risquent de se multiplier. De manière générale, les défenseurs des droits humains en Indonésie dénoncent l’escalade à l’intolérance confessionnelle annoncée par cette nouvelle mesure, dont les cultes minoritaires pourraient faire directement les frais.

Nathalie Szuchendler

(1) Fondé en 1889 à Qadian, au Pendjab (dans l'actuel Pakistan) par Mirza Ghulam Ahmad (1839-1908), le mouvement est considéré comme une secte déviante de l'islam par les musulmans orthodoxes. Au Pakistan ou au Bangladesh, ils font l'objet de brimades ou de persécutions ouvertes (voir EDA 218, 265, 296, 329, 407). Les ahmadiyas (ou ahmadiyah, ahmadi) tiennent leur fondateur pour le mahdi, celui que certains musulmans attendent et qui apparaîtra à la fin des temps. Présent en Indonésie depuis 1925, le mouvement y est divisé en deux branches : le Jamaah Ahmadiyah Indonesia (JAI), connu aussi sous le nom d'Ahmadiyah Qodiyani, et le Mouvement indonésien des Ahmadiyah (GAI), également désigné sous le vocable Ahmadiyah Lahore. Pour le JAI, Mirza Ghulam Ahmad est le dernier prophète après Mahomet ; pour le GAI, Mirza Ghulam est seulement un réformateur de l'islam.

2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Islam_en_Indon%C3%A9sie#cite_ref-0

Voir aussi
http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/10/31/1796
http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/10/31/1795

lundi 16 juin 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/06/16/2027-indonesie-le-gouvernement-s-incline-face-a-la-pression-islamique

Posté par Nath Szuchendler à 20:24 - - Permalien [#]

08 juin 2008

Les tribunaux sous pression du religieux (Caroline Fourest)

Faut-il voir le jugement du tribunal de grande instance de Lille comme une concession au "différentialisme" culturel ? Selon l'article 180 du code civil, un mariage peut être annulé si l'un des conjoints estime avoir été induit en erreur sur une "qualité essentielle". La juge de Lille n'a pas estimé que la "virginité" était une qualité en soi, mais une qualité "essentielle" aux yeux de son mari. C'est au nom du droit à une certaine subjectivité dans ce domaine, et non du respect des cultures, que le procureur a accepté de défaire union si mal engagée.

Il ne s'agit pas à proprement parler d'un "accommodement raisonnable" tel qu'on l'entend au Québec ni même d'une concession claire au relativisme culturel comme on peut le redouter en Grande-Bretagne ou en Allemagne. A Francfort, le 12 janvier 2007, une juge a refusé d'accorder le divorce à une Allemande d'origine marocaine battue par son mari, marocain, sous un prétexte autrement plus ambigu. Le Coran autorisant un mari à battre sa femme, elle a estimé que "l'exercice du droit au châtiment (par le mari)" ne permettait pas "d'invoquer une rudesse excessive" prévue par l'article 1565 du code civil allemand. Les Allemandes ayant épousé des musulmans seraient donc moins égales que les autres, puisqu'elles doivent accepter de se faire tabasser au nom de la religion. La juge a été dépossédée du dossier litigieux pour suspicion de partialité...

La France est-elle à l'abri de tels dérapages ? En 2005, déjà, à Lille, le tribunal a empêché l'incinération du corps d'un Français d'origine algérienne au motif qu'il était de culture musulmane et devait donc être enterré selon le rite musulman, dans un carré musulman. La demande émanait de sa seconde épouse, pourtant séparée de corps. Elle s'opposait à la volonté des enfants du premier mariage, et du défunt athée qui avait explicitement demandé à être incinéré. C'était compter sans l'intervention de la Ligue islamique du Nord d'Amar Lasfar, membre de l'Union des organisations islamiques de France - UOIF - et du Conseil français du culte musulman. Ce dernier a expliqué que "seule une autorité judiciaire musulmane dans un pays musulman doit définir et vérifier les causes de l'apostasie d'une personne". Le tribunal a ordonné l'inhumation, conformément au souhait religieux de la seconde épouse. Incidemment, cette dernière était défendue par le même avocat que le mari souhaitant faire annuler son mariage pour "non-virginité".

La tentation de céder au relativisme culturel est d'autant plus inquiétante que les instances communautaires religieuses de France sont plus que jamais aux mains des religieux réactionnaires. Jadis respectée pour son respect de la laïcité, la Fédération protestante de France se raidit sous la pression de ses nouveaux adhérents, évangéliques exaltés ou adventistes. Ceux-là réclament plus de souplesse entre la loi de 1901 et celle de 1905.

Le Consistoire, créé par Napoléon, ne représente guère plus que les orthodoxes. Le grand rabbin Joseph Sitruk règne sur cette instance depuis vingt et un ans au prix d'une régression générale de la mixité dans les synagogues. Dans la plupart d'entre elles, les femmes sont confinées dans des poulaillers, de plus en plus souvent fermés par un rideau, d'où elles peuvent à peine entrevoir la bar-mitsva de leur enfant. A quelques exceptions près, les tribunaux communautaires continuent de pratiquer le divorce unilatéral au détriment des femmes, qui ne peuvent obtenir le divorce religieux si leur mari s'y oppose. Les choses pourraient changer le 22 juin prochain grâce à l'élection de Gilles Bernheim, beaucoup plus ouvert bien qu'orthodoxe. Mais les instances sont largement verrouillées par les tenants de la régression. Idem au plus haut niveau de l'Eglise française. Il y a bien longtemps que les catholiques de gauche ont été purgés au profit d'un clergé fidèle à la vision anti-moderniste et antiféministe de Benoît XVI.

Quant au Conseil français du culte musulman, le bilan n'est guère plus glorieux. Légitimée grâce à sa participation au sein d'un conseil voulu par la République, l'UOIF continue d'agrandir ses mosquées à moitié vides dans l'espoir de peser sur le scrutin, fondé sur le nombre de mètres carrés des mosquées participant au vote. Or cette organisation prend ses avis religieux auprès du Conseil européen de la fatwa, une instance fondamentaliste qui autorise un mari à battre sa femme ou à lui interdire certaines fréquentations. La Mosquée de Paris et le Rassemblement des musulmans de France, plus proche du Maroc, se disputent la présidence Place Beauvau. Tandis que les plus intégristes noyautent les conseils régionaux du culte musulman, où se joue l'essentiel.

Car, jusqu'ici, les concessions les plus graves faites au particularisme religieux ne se font pas dans nos tribunaux mais dans nos communes. Comme à Asnières ou à Sarcelles, où des élus locaux pratiquent le clientélisme au point d'écouter les religieux les plus organisés - souvent les plus intégristes -, au détriment de la majorité silencieuse et de la laïcité.

Il faut non seulement dresser une frontière infranchissable entre les tribunaux communautaires religieux et ceux de la République, mais aussi entre nos élus et ceux qui dynamitent les valeurs de la République. Cette frontière s'appelle la laïcité à la française. Et notre président devrait avoir à coeur de l'incarner au lieu de l'affaiblir.

Caroline Fourest

Article paru dans Le Monde 

in http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/06/05/les-tribunaux-sous-pression-du-religieux-par-caroline-fourest_1054213_0.html

Posté par Nath Szuchendler à 12:25 - - Permalien [#]

24 mai 2008

Benoît XVI et l’évangélisation

C'est en recevant, ce samedi 17 avril, le conseil supérieur des Œuvres pontificales missionnaires (1) que Benoît XVI a rappelé le devoir - hérité de Jésus d'après les Evangiles – de chacun des croyants de participer à la conversion de tous les êtres humains au christianisme. En effet, les 120 directeurs des Œuvres Pontificales Missionnaires se sont réunis à Rome pour leur conseil supérieur annuel qui se déroule du 15 au 21 mai 2008. L’occasion fut donnée au pape de saluer l’un des organismes de la curie romaine dans sa fonction d’évangéliser “le peuple jusqu’aux extrémités de la Terre” (2)

L’appel pour la paix inter-religieuse de 2007

En octobre 2007, un appel pour la paix était lancé à l’occasion de la IIIème rencontre internationale "Hommes et religions" de la Communauté de Sant’Egidio à Naples (3), où les termes paraissaient explicites : "Nous nous engageons à chercher et à proposer à nos coreligionnaires l’art du vivre ensemble. Ce n’est qu’ainsi que l’unité de la famille humaine sera préservée. Il faut des bâtisseurs courageux dans toutes les cultures, dans toutes les traditions religieuses. Nous avons besoin de la mondialisation de l’esprit qui fait voir ce que l’on ne voit plus, la beauté de la vie et de l’autre, dans toutes les circonstances, même les plus difficiles. Nos traditions religieuses nous enseignent que la prière est une force historique qui fait bouger les peuples et les nations. Humblement, nous mettons cette sagesse ancienne au service de tous les peuples et de tout homme et de toute femme, pour ouvrir un nouvel horizon libéré de la peur et du mépris de l’autre." Benoît XVI avait d’ailleurs salué les "délégations venues de différentes parties du monde pour participer à la Rencontre internationale pour la Paix…" (4) Si le discours laissait entrevoir une vision du monde plutôt communautaire et confessionnelle, le respect des différences culturelles et des coutumes semblait dominer cet appel.

Le devoir de convertir : un droit immuable

Or pour Benoît XVI et le Saint-Siège, il n’est pas question de s’éloigner d’une mission fondamentale capable de parer aux fléaux de toute sorte, aux problèmes sociaux et à la maladie, à l’apocalypse ! Aussi le pape rappelle-t-il à Munich en octobre 2007, lors de son voyage en Bavière, que "l'Église catholique n'est pas une ONG" et "l'évangélisation doit avoir la priorité" (5) Dans une "note doctrinale" du 14 décembre 2007, le Vatican précise à nouveau la mission donnée à tous les croyants “adeptes de Jésus” d'évangéliser les non-catholiques. Adapté à une époque qui voit grandir les avancées des droits fondamentaux pour chaque être humain, la libération des femmes du joug patriarcal, l'affirmation du principe de séparation des sphères cultuelle et politique, cette prescription catholique se transforme en un "droit imprescriptible" au nom de la liberté religieuse "avec ses dimensions éthiques, sociales et politiques" de convertir "toutes les nations" non-chrétiennes et non-catholiques. Tout en revendiquant la volonté de proposer aux brebis égarées de renaître et la nécessité de sauver l’humanité du mal, Benoît XVI se défend de pratiquer du prosélytisme. Sous prétexte que "les deux mots clé de l’évangélisation sont : annonce et dialogue." "car le monde n’est plus uniforme." "Ainsi, en nous, la foi devient raison, elle devient raisonnable. La méditation de l’Evangile et ici l’annonce, l’homélie, la catéchèse, pour rendre les personnes capables de penser la foi, sont déjà des éléments fondamentaux dans ce mélange entre dialogue et annonce" (6)
Alors que chacun de ses voyages, que ce soit en Amérique latine, au Brésil, en Allemagne, en Autriche, aux Etats-Unis, lui permet de divulguer avec force la doctrine de l'Eglise et d'invoquer sa vocation missionnaire en guise de solution aux problèmes économiques et sociaux qui peuvent gangrener certaines populations. Est-ce un "droit imprescriptible" de condamner l'utilisation du préservatif face au VIH considéré comme un "châtiment divin" ? De fustiger l'avortement jusqu'à demander de sanctionner Amnesty International pour sa prise de position en faveur de la dépénalisation de l'IVG ?

L’évangélisation plutôt que l’autonomie de chaque humain

La religion plutôt que le social reste le credo incontournable de l’idéologie évangélisatrice construite par le Vatican, en direction de sociétés dont il considère qu’elles nécessitent l’action de prêtres plutôt que d’éducateurs et de personnels soignants, la prière et l’austérité en guise de substitut économique. D’autant plus qu’en appelant à l’expansion légitime de l’Eglise via chaque catholique, l’ancien cardinal Joseph Ratzinger réitère une vision particulière du "vivre-ensemble" inter-religieux où l’égard pour les autres confessions courtise le béguin pour les âmes perdues.

Nathalie Szuchendler

(1) www.mission.cef.fr/rubrique1.html  : "Les Œuvres Pontificales Missionnaires – Coopération Missionnaire sont un service de l’Eglise catholique qui a pour objectif de développer l’animation missionnaire des communautés et de favoriser les échanges entre les communautés d’ici et d’ailleurs, par la prière, par l’information sur la vie des Eglises locales, par l’envoi et l’accueil de témoins au service de la Mission, par le partage financier entre Eglises du monde. Plus de 1500 diocèses sur les 5 continents reçoivent, par les Œuvres Pontificales Missionnaires Internationales, l’aide nécessaire à leur mission d’évangélisation."

(2) http://mission.cef.fr/article2138.html

(3) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/11/03/1803-une-rencontre-inter-reli.

(4) http://www.zenit.org/article-16455?l=french

(5) http://www.lefigaro.fr/international/20060911.FIG000000156_benot_xvi_prefere_l_evangelisation_a_l_activisme_social.html

(6) http://news.catholique.org/15493-benoit-xvi-comment-evangeliser-en-terre-de

Voir aussi :

samedi 24 mai 2008

Article Nath Szuchendler consultable in

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/05/24/2006-benoit-xvi-et-levangelisation

Posté par Nath Szuchendler à 11:03 - - Permalien [#]

23 mai 2008

Les congélos sous Franco, par Catherine

                 franco_1

                                    franco_2

                          franco_3

             franco_4    

              franco_5

                                                

                                          

in Charlie-Hebdo du 30 avril 2008

Posté par Nath Szuchendler à 22:36 - - Permalien [#]

Le Pen chez les ch'tis

Le Pen chez les ch'tis
Vidéo envoyée par cfourest

Le Pen n'a pas aimé Bienvenue chez les Ch'tis, on peut deviner pourquoi....

Chronique du 23/05/08

Posté par Nath Szuchendler à 21:17 - - Permalien [#]

22 mai 2008

Charlie Hebdo à Cannes, par Catherine

               

             charlie___cannes_re

                            

                                in Charlie-Hebdo du mercredi 21 mai 2008

Posté par Nath Szuchendler à 21:43 - - Permalien [#]

En Irak, la guerre "subprime", par Caroline Fourest

Trois mille milliards de dollars, c'est le coût probable de la guerre en Irak selon Joseph Stiglitz, Prix Nobel d'économie, et Linda Bilmes, professeure de finances publiques à Harvard. Sorti il y a peu aux Etats-Unis, leur livre, Une guerre à 3 000 milliards de dollars, vient de paraître en France (Fayard, 300 p., 22 €). Les deux économistes ont pris en compte les dépenses officielles, mais aussi les dépenses collatérales ou occultées grâce à un budget prévisionnel anticipant les effets macroéconomiques de la guerre. Ils ont notamment calculé ce que coûteront les soins des anciens combattants, les pensions d'invalidité, les traitements des troubles mentaux et du stress post-traumatique affectant plusieurs centaines de milliers de soldats américains. Ce calcul peut paraître froid et cynique au regard du nombre de morts, directs et indirects, que l'on a déjà tant de mal à quantifier. Mais il fallait ce détour par l'économie concrète pour réveiller notre épiderme endormi par l'annonce quotidienne de morts en Irak, un rendez-vous devenu aussi banal que la météo.

Quel temps fait-il en Irak ?

- Dix morts dans un attentat.

- Tiens, comme hier... Pourtant, ils avaient prévu une accalmie.

- Que voulez-vous que je vous dise, il n'y a plus de saisons !"

Parmi les raisons expliquant ce dérèglement de l'épiderme, rappelons que les Irakiens victimes d'attentats sont tués par des djihadistes, et non par les Américains. Leur folie ne lave pas pour autant l'administration Bush du péché originel : avoir envahi l'Irak sans réfléchir aux conséquences. Ces dommages collatéraux sont quantifiables. Plusieurs facteurs ayant fait flamber le coût de la guerre auront en prime des répercussions sur le reste du monde. Le premier concerne la privatisation du militaire. Il y aurait en ce moment même sur le terrain irakien quelque 100 000 contractants privés chargés de sécuriser les activités des armées irakienne ou américaine. Non seulement ces agences de sécurité coûtent très cher aux contribuables, mais cette privatisation du militaire déresponsabilise les gouvernements en guerre, ouvre la porte aux crimes dont on se lave les mains, enrichit des mercenaires surarmés, donc accroît le risque d'instabilité au niveau mondial.

L'autre facteur aggravant concerne le mode de financement. Autrefois, les guerres se finançaient grâce à l'impôt, ce qui avait le mérite d'en faire porter le poids sur les générations qui les décidaient. Donc de pousser les citoyens à vouloir y mettre un terme. L'administration Bush, elle, a choisi de financer la guerre par l'emprunt. Ce qui coûtera cher en intérêts bancaires mais contribue, une fois encore, à déresponsabiliser les va-t-en-guerre. Les Américains ont décidément été traités comme des enfants. On leur a menti sur la présence d'armes de destruction massive, on leur ment désormais sur le coût de la guerre - que l'administration Bush continue d'évaluer aux environs de 800 milliards. C'est la technique des subprimes. Ils pensaient se venger d'Al-Qaida grâce à une guerre éclair. Ils se retrouvent endettés sur plusieurs générations avec un crédit à taux variable... Et comme l'économie américaine reste l'étalon, nous paierons tous l'addition, même si nous étions contre cette guerre.

Car le dernier volet inflationniste de cette revanche concerne bien entendu l'envolée des cours du pétrole. Certains paranoïaques pensaient l'administration Bush suffisamment machiavélique pour envahir l'Irak en vue de s'approvisionner en or noir à bas coût. Elle n'a rien prévu d'aussi élaboré. Il n'en reste pas moins que les compagnies pétrolières privées comme Halliburton - et leurs actionnaires comme le vice-président Dick Cheney - ont tiré profit du conflit. Ce qui pose la question des accointances entre milieux économiques pouvant tirer des bénéfices d'une guerre et monde politique ayant les cartes en main pour la déclencher.

Toutes ces considérations n'auraient pas le même effet consternant si cette guerre avait au moins servi à quelque chose. Or elle n'a fait qu'entamer le crédit moral de l'Amérique. Peut-on encore la considérer comme la première puissance démocratique du monde ? Tous les contre-pouvoirs qui faisaient sa grandeur ont sauté. La liberté de la presse n'a pas su empêcher le mensonge à l'origine de la guerre. La Cour suprême compte de nouveaux juges choisis par l'administration Bush pour fermer les yeux sur Guantanamo. Or comment donner des leçons de droits de l'homme aux autres pays quand on pratique soi-même la torture ? En se passant de l'avis du Conseil de sécurité de l'ONU pour mener une guerre préventive basée sur une intuition erronée, les Etats-Unis n'ont pas seulement perdu de l'argent, ils ont sali leur uniforme de "gendarmes du monde". Embourbés et endettés, ils n'ont plus les moyens d'intimider Ahmadinejad ou Bachar Al-Assad. Ne parlons pas des djihadistes et des islamistes qui bénéficient d'un nouveau camp d'entraînement à ciel ouvert. Ni de la guerre en Afghanistan que nous allons perdre à cause de l'éparpillement des forces. Ni des islamistes politiques dont le prosélytisme s'étend. Le 11-Septembre aurait pu devenir le tombeau de l'islamisme. Mais en répondant au terrorisme par une guerre illégitime et mal ciblée, les Etats-Unis ont surtout aidé les islamistes à faire du monde une fosse commune.

Caroline Fourest

Article paru dans Le Monde

in  http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/05/22/en-irak-la-guerre-subprime-par-caroline-fourest_1048310_0.html

Posté par Nath Szuchendler à 21:19 - - Permalien [#]



Fin »