Lors du panel sur le dialogue interculturel organisé le 19 mars , le représentant de l'Algérie a repris mot pour mot les extraits de son discours de la première réunion du Comité Ad Hoc pour l'élaboration de normes complémentaires du 18 février 2008.
Ce sont également les mêmes formules qu'il a utilisées lors de son intervention le 14 mars autour du mandat du rapporteur spécial sur la liberté d'expression, et le 19 mars lors de la discussion avec le rapporteur spécial sur le racisme Doudou Diène.

Comment se fait il que l’expert de l’ONU qui a pour ambition de créer un observatoire international contre le racisme laisse passer de telles dérives sémantiques ?

- Réunion du Comité ad Hoc pour l'élaboration de normes complémentaires : 18 février 2008
Sur la diffamation de religion : l'antisémitisme serait de la diffamation de religion qui s'attaquerait à l'ensemble des musulmans

Le représentant de l'Algérie :

"Le second thème qui est également source de préoccupation pour ma délégation, a trait à l'attaque de groupes ayant une religion en partage et qu'on a appelé plus ou moins heureusement la "diffamation de religions". En effet, depuis le 11 septembre 2001, nous avons enregistré la mise en oeuvre d'une politique anti-sémite dirigée contre les Arabes en particulier, et étendue par association à l'ensemble des Musulmans. En fait, en ciblant les Musulmans, on chercherait davantage à les déshumaniser en s'attaquant à leur identité pour légitimer une attitude de discrimination raciale évocatrice de celle qui a ciblé d'autres Sémites au 20ème siècle."

--------------------

- CDH 7ème session : Discussion autour du mandat du rapporteur spécial sur la liberté d'expression : 14 mars 2008
Pas de liberté d'expression pour
 l'antisémitisme assimilé à de la diffamation de l'Islam 

Le représentant de l'Algérie :
"Le deuxième thème a trait à la liberté d’opinion et d’expression et son lien avec la liberté de religion et de conviction. Ma délégation souligne à ce propos que la liberté d’opinion et d’expression ne doit justifier en aucune manière les attaques et les atteintes 
contre les groupes ayant une religion en partage et qu'on a appelé plus ou moins heureusement la "diffamation de religions. Ces attaques et ces atteintes constituent une attitude de discrimination raciale et religieuse qu’il faudra impérativement combattre car elle cible l’identité des peuples en question.
Si nous ne mettons pas un terme une bonne fois pour toute à l'impunité dont jouissent ceux qui aujourd'hui prônent la haine raciale et religieuse et la violence en s'abritant derrière la liberté d'expression, on créera inéluctablement un environnement propice à faire ressusciter l'hydre immonde des campagnes anti-sémites du XXème siècle, cette fois sous le vocable "d'islamophobie".
Enfin, permettez moi de souligner pour le rapporteur spécial contre (lapsus ?) la liberté d’expression et d’opinion, à la nécessité de se conformer aux dispositions du code de conduite et notamment l’objectivité dans leur rapport et le traitement des questions qui leur sont soumises."

-----------------------

- CDH 7ème session : Panel interculturel : 19 mars 2008
De l'indispensable dialogue des civilisations
pour endiguer «l’antisémitisme contre les musulmans»

Le représentant de l'Algérie :
"L'insistance pour le dialogue des civilisations, au cours des dernières années, n'est pas innocente. (...)
On ne joue pas impunément avec l'imaginaire des peuples. (...)
Depuis les décennies 80 et 90, les attaques se sont multipliées contre des
 groupes ayant une religion en partage et qu'on a appelé plus ou moins heureusement la "diffamation de religions". En effet, depuis le 11 septembre 2001, nous avons enregistré la mise en oeuvre
 
d'une politique anti-sémite dirigée contre les Arabes en particulier, et étendue par association à l'ensemble des Musulmans. En fait, en ciblant les Musulmans, on chercherait davantage à les déshumaniser en s'attaquant à leur identité pour légitimer une attitude de discrimination raciale évocatrice de celle qui a ciblé d'autres Sémites au 20ème siècle.
Si nous ne mettons pas fin à l'impunité dont jouissent aujourd'hui ceux qui prônent la haine raciale et religieuse et la violence en s'abritant derrière la liberté d'expression, on créera un environnement propice à faire ressusciter l'hydre immonde des campagnes anti-sémites du XXème siècle, cette fois sous le vocable "d'islamophobie".

---------------------

- CDH 7ème session: Discussion avec le rapporteur spécial sur le racisme : 18 mars 2008
De l’irresponsabilité à s’inquiéter des dérives possibles de Durban 2
 ou l’antisémitisme contre les sémites arabes

Le représentant de l'Algérie :
"Les attaques qui ciblent des groupes sociaux qui partagent une religion en commun, amplifiant la recrudescence d’antisémitisme, plus particulièrement d’Islamophobie et de Christianophobie, constituent des tendances particulièrement préoccupantes. (…)
Le racisme ne peut être compartimenté.
S’il y a des résurgences de haine raciale contre les sémites arabes, il y aura des retombées négatives sur d’autres groupes sémitiques. (….)
Nous condamnons la campagne de diabolisation de Durban, pour soustraire les états à leur responsabilité de protéger. La communauté internationale au contraire doit saisir cette occasion pour élaborer des normes complémentaires pour couvrir les lacunes de protection (…) afin de répondre à la gravité de la situation."

----------------------

Article consultable in

http://malkamarcovich.canalblog.com/archives/2008/03/22/8426026.html

Voir aussi : "Doudou Diène aurait-il une vision sélective du racisme et du monde ?"

in http://malkamarcovich.canalblog.com/archives/2008/05/16/9198550.html