L’Eglise catholique a décidé de consacrer un congrès au rôle de la femme.

Quand le Vatican s’occupe des femmes, c’est pour interdire: la contraception, l’avortement, la prêtrise, le mariage avec des prêtres … Que faire de plus. Exiger qu’elles se voilent et qu’elles ne prennent pas la parole en public, comme l’exigeait Saint Paul ? Nous aurons la réponse lors du congrès que le Conseil pontifical pour les laïcs prépare pour célébrer Mulieris Dignitatem du 7 au 9 février 2008.

A en juger par l’intitulé du congrès, on pourrait presque croire que l’Eglise a fait son mea culpa : "Tout homme, toute femme fait partie de l’humanum". Reconnaissance tardive, mais Bienvenue. Au programme, des conférences sur "Jésus de Nazareth, Marie et les femmes dans l’évangile et dans la communauté des origines" ou "le christianisme et la promotion de la femme", des débats sur le rôle de la femme dans la transmission de la foi en Afrique, la protection de la dignité de la femme dans la société technologique et la société de consommation (Amérique du nord), sur la formation intégrale de la femme (Amérique Latine).

Ça se gâte lorsqu’on se penche sur le C.V de l’organisatrice : Rocío Figueroa, théologienne, docteur en christologie à l’Université pontificale grégorienne,et surtout membre de la Fraternidad Mariana de la Reconciliación. Une organisation pensée pour réévangéliser les catholiques séduits par les nouvelles églises. Parmi ses activités, on compte l’ "évangélisation de la culture", un barbarisme dont les lecteurs de Charlie connaissent les conséquences: lutte contre le blasphème, la pornographie dans la publicité, et les textes jugés non-chrétiens.

Les membres de la Fraternité vivent en communauté de fidèles et ne sortent que pour évangéliser les jeunes et les mécréants (les protestants). Selon Rocio Figueroa, "un des objectifs du congrès consistera à développer les nouveaux paradigmes culturels, comme la réduction de la féminité à un objet de consommation, l’idéologie du genre ou le refus de la maternité et de la famille, et la femme dans le monde du travail".

Belle langue de bois pour ramener la femme à sa fonction divine : enfanter en silence.

Fiammetta Venner

In Charlie-Hebdo du mercredi 10 octobre 2007